JPL Logo JPL Presents

L’histoire débute…

En 1914, Montréal était une ville en plein essor. Grâce à sa vaste industrie de la confection, elle était devenue une destination privilégiée pour un nombre croissant d’immigrants de l’Europe de l’Est, dont l’arrivée a permis à la population juive de la ville d’atteindre près de 40 000 individus. En s’installant à proximité de la Main (le boulevard Saint-Laurent), ceux-ci ont apporté une panoplie de langues, d’idéologies politiques et de pratiques religieuses. Éprouvant le besoin d’avoir leurs propres institutions sociales, ils ont fondé une bibliothèque publique afin de cultiver la langue et la culture yiddish, si vitales à leur communauté. Depuis ses débuts jusqu’au XXIe siècle, la Bibliothèque publique juive (BPJ) a toujours offert un espace familier qui répond aux besoins intellectuels, créatifs et spirituels de la communauté.

 La Bibliothèque publique juive a ouvert ses portes le 1er mai 1914, dans un modeste local situé au 669, rue Saint-Urbain. Elle possédait alors une petite collection de 500 ouvrages. Dès le départ, la Bibliothèque était plus qu’un ensemble de rayons et de livres. En entretenant de solides liens avec les communautés juives encore prospères de l’Europe de l’Est, elle est rapidement devenue un lieu de rencontres favorable aux échanges littéraires et culturels, auquel s’est ajoutée ensuite la Jewish People’s University, un centre de formation continue.

 La BPJ de Montréal s’est développée à partir des salles de lecture de plusieurs organismes communautaires, dont le Poale Zion, l’Institut Baron de Hirsch et de nombreuses synagogues. Yehuda Kaufman et Reuben Brainin, deux voix fortes dans la communauté, ont mené cet ambitieux projet à bien. Les deux hommes ont pu compter sur une cohorte de bénévoles et de groupes qui partageaient leur désir de créer un espace communautaire voué à la littérature et à l’apprentissage. Son succès reposait sur un principe fondamental : la BPJ serait une bibliothèque créée par le peuple et pour le peuple, quelles que soient la langue, l’affiliation politique ou les croyances religieuses de ses membres.

 Tout au long de son histoire centenaire, la BPJ a répondu aux besoins des nouveaux immigrants grâce à ses collections, à sa programmation et à ses services. Pendant les années 1960, la BPJ a accueilli des milliers d’immigrants juifs de l’Afrique du Nord en leur offrant des services en français. Des vagues successives d’immigrants provenant de la Russie, de la France, d’Israël, de l’Éthiopie et de l’Amérique du Sud ont également été accueillies par la BPJ. Aujourd’hui, son public est aussi diversifié qu’il l’était en 1914. Depuis 100 ans, la Bibliothèque est témoin de centaines d’histoires de la communauté juive canadienne. Cette exposition relate ces histoires d’un autre siècle et évoque l’avenir prometteur de l’institution.

 

 

L’histoire débute…