JPL Logo JPL Presents

Les ouvrages anciens de la Bibliothèque

Le riche passé du Montréal juif et ses liens avec l’Ancien Monde sont préservés grâce à la collection d’ouvrages anciens et judaïques de la Bibliothèque. Si cette collection a été mise sur pied grâce aux dons d’organismes principalement séculiers, les textes religieux ont toujours été importants à la Bibliothèque. Les ouvrages les plus anciens de la collection actuelle sont des textes fondateurs de la tradition juive  rédigés dans des langues anciennes de l’Asie, de l’Europe et de l’Afrique du Nord.

Après la Shoah, l’organisation Jewish Cultural Reconstruction Inc. a eu le mandat de retourner les livres juifs à leurs propriétaires d’origine. Lorsque ceux-ci n’ont pas été retrouvés, les livres ont été envoyés dans divers organismes du monde entier. C’est ainsi que la BPJ a acquis une importante collection de volumes anciens, dont les plus vieux datent du XVe siècle. Ces ouvrages illustrent les spécificités historiques et textuelles du judaïsme. Le plus ancien ouvrage de la collection est un incunable; il s’agit d’Antiquités judaïques (1481) de Flavius Josèphe. On trouve à la BPJ de nombreuses versions des anciennes grammaires hébraïques, ainsi que des éditions de la Bible, du Talmud, du Zohar, de la Responsa et des commentaires. L’un des ouvrages les plus étonnants de la collection est un livre de prières (v. 1780) écrit à la main sur une peau de chèvre et relié avec des plats en bois. Écrit en guèze, une langue sémitique du Sud utilisée pour la prière, il a été imprimé dans la province de Gondar, en Éthiopie. Seuls quelques exemplaires de cet ouvrage existent dans le monde aujourd’hui.

En plus de ces textes religieux et anciens, la BPJ abrite des centaines d’ouvrages de mémoire (ou Yizkor) liés à la Shoah. Souvent, les immigrants originaires du même endroit se rassemblaient pour former dans leur ville d’accueil des landsmanshaftn, des organisations sociales d’entraide pour les nouveaux arrivants. Après la Shoah, certains de ces groupes ont produit des Yizkor. Dans le judaïsme, la mémoire ne renvoie pas seulement aux souvenirs, mais aussi à l’étude et à la préservation du passé. Principalement écrits en langue yiddish ou hébraïque, ces ouvrages constituent une précieuse ressource pour les enfants et les petits-enfants des immigrants, qui peuvent ainsi renouer avec le passé. La BPJ possèdent près de 600 volumes « Yizkor », la seule bibliothèque de prêt spécialisée dans le monde avec une collection si vaste.