JPL Logo JPL Presents

Un livre ouvert sur le savoir

Dès la fondation de l’institution, l’un de ses principes directeurs est la valorisation de l’individu et de la communauté par la quête du savoir. C’est ainsi que les fondateurs créent la Yidishe folks universitet (YIFO), une université populaire. Les nouveaux immigrants et les membres de la communauté qui n’avaient pas accès à l’enseignement supérieur pouvaient donc bénéficier d’une formation continue. Les cours offerts abordaient différents domaines, telles la philosophie grecque ancienne, la science moderne, l’économie et l’histoire. Après une interruption temporaire de ses activités, la YIFO est relancée en 1940, sous la direction du poète yiddish Melech Ravitch. À son apogée en 1948–1949, l’institution accueille près de 500 étudiants. Après la fermeture de la YIFO en 1954, la BPJ reprend à son compte l’esprit et les objectifs de l’universitet en élaborant un programme de cours multilingues et saisonniers.

 Ambassade culturelle à plusieurs égards, la Bibliothèque accueillait aussi des discussions et des débats animés dans le cadre de ses séries de conférences. Les Montreal Weekly Forums que la Bibliothèque organisait de concert avec le Jewish Immigrant Aid Services (JIAS) étaient les plus populaires. Ces forums donnaient aux Juifs anglophones, francophones et yiddishophones l’occasion de s’exprimer à propos d’un ensemble de questions politiques et sociales, tels le débat linguistique au Québec (1963) ou Fidel Castro et la révolution castriste (1962). Parmi les conférenciers, signalons l’historien Salo Baron (1960), de l’Université Columbia, et David Lewis (1963), de la Co-operative Commonwealth Federation (aujourd’hui le Nouveau Parti démocratique). Le militant et journaliste Gérard Pelletier y a prononcé une conférence sur la langue française (1964) et Leonard Cohen y a abordé l’avenir du judaïsme (1963).

 Cet engagement envers le savoir et les interactions culturelles s’est également poursuivi à l’extérieur des murs de la BPJ. À cet égard, les collections numériques de la BPJ sont accessibles à tous. De plus, l’histoire de Montréal est enseignée lors d’ateliers scolaires offerts à des élèves. En poursuivant son engagement de longue date, qui consiste à faire des dons de livres à des hôpitaux et à d’autres organismes de Montréal, l’institution atteint des membres isolés grâce au service de livres mobile. De plus, les familles profitent de la BPJ grâce à une collaboration entre l’institution et le West Island Jewish Community Centre. La Bibliothèque est une institution vivante et animée.